«Back To Previous Winners

ACF3562

Théâtre multimédia pour les écoles défavorisées de la CSPI

  • Submitted by:

    Jonathan Pronovost

    Organization:

    Les Productions Qu'en dit Raton?

    Location:

    Montréal

  • Idea Created:

    November 9, 2009

    Community Size:

    100,000

Overview:

Comédien diplômé de l'Université du Québec à Montréal depuis 2003, actuellement étudiant au baccalauréat en enseignement de l'art dramatique, je suis régulièrement emmené à travailler dans les écoles primaires de la Commission scolaire Pointe-de-l'île de Montréal. Les enfants de ces écoles, majoritairement plus défavorisées que celles du reste de l'île, n'ont que peu accès au théâtre, puisque les membres de la direction de leur école doivent faire appel à des organismes de soutien leur permettant d'avoir accès à des spectacles subventionnés. Il va sans dire que la lourdeur de ces démarches et la faible quantité de ressources disponibles limitent grandement l'accès au théâtre pour ces jeunes.

La situation, donc, est déplorable. Le théâtre, comme toute discipline artistique, est le lieu d'une exploration ludique permettant l'éveil de la créativité. Il est également un espace d'éducation et de réflexion.

Sans compter que le théâtre vit présentement, et ce, depuis quelques années, une période intense de renouveau, puisqu'il doit trouver sa place entre le cinéma et la télévision. En ce sens, il n'est pas rare de voir l'apparition des nouveaux médias au sein des représentations. Comment penser que les écoles des milieux défavorisés puissent avoir accès à ces spectacles, forcément plus onéreux, puisque nécessitant des équipements dispendieux (ex.: projecteurs)? Ne pourrait-on pas croire, pourtant, que cet accès contribuerait à introduire le théâtre et les arts dans leur culture dès l'enfance, une culture qu'ils auront envie de nourrir tout au long de leur vie, une culture qui les interpellera par ses thèmes, par ses discours, mais aussi par son aspect "spectaculaire"?

Pour toutes ces raisons, par amour pour le théâtre et pour les enfants, j'ai créé Les Productions Qu'en dit Raton?, organisme à but non lucratif souhaitant offrir aux écoles des spectacles de théâtre à la hauteur des créations québécoises actuelles, mais à un prix minimal.

La première création des Productions Qu'en dit Raton? s'intitule Ali Abdou et les ténèbres de l'Arkansas. Allez, venez, entrez dans l’univers fantastique, féerique, que dis-je ?, fantasmagorique du magicien Salazar et de son fidèle apprenti ! Emmenez avec vous vos tout-petits et vos déjà grands. Faites vite : le spectacle va commencer !

Les rideaux s’ouvrent, l’apprenti s’avance, mais horreur ! celui que vous attendiez tous, le grand magicien Salazar, ne se présente pas. L’apprenti hésite, cherche, s’inquiète. « Et vous, vous savez où il se trouve, l’admirable Salazar ? » Seul devant la foule, notre attachant apprenti se découvre timide et maladroit. Et voilà que dans un miroir en apparence banale apparaît un visage, précédé d’une voix autoritaire, bien que souvent rigolote. « Entendez-vous ? » Le magicien Salazar a été fait prisonnier des terribles ténèbres de l’Arkansas. Seul son apprenti peut l’en délivrer. Seulement, réussira-t-il les trois épreuves qui le séparent de la réussite ?

Car si Ali Abdou et les ténèbres de l’Arkansas est une fable mystérieuse aux teintes d’Arabie, c’est aussi un espace d’apprentissage : autonomie, confiance en soi, fraternité, solidarité,... Tout est là, cependant, pour que l’ennui, lui, n’y soit pas : exotisme, ludisme, imagination, humour, chanson, multimédia, interaction avec le public. Chacun y trouve son compte.

Derrière les rideaux, déjà, ils étaient trois à s’en assurer : Frédéric Philippe, psychologue et auteur, a choisi les mots du spectacle ; Mathilde Addy-Laird, metteur en scène, en a trouvé la forme et les gestes ; Jonathan Pronovost, concepteur et comédien, lui a donné vie et lui donne maintenant corps.

À vous, maintenant, de m'aider à permettre aux enfants de la Commission scolaire Pointe-de-l'île de Montréal de découvrir les connaissances d'Ali Abdou...

Durée : De février à décembre 2010. Trois parties : création, répétitions et représentations.

Utilisation du budget (10 000$) : Cachets (metteur en scène, scénographe, costumière, musicien, technicien, auteur) Équipement (système de son, éclairage, projecteur) Décors Costumes Promotion (publicité, site web) Transport

Public : 50 écoles de la Commission scolaire de la Pointe de l’île (2500 élèves)