ACF11817

Ouvrir une cuisine collective

  • Submitted by:

    Sylvain Gadoury & Sébastien Valiquette

    Organization:

    Les services d’entraide LE RELAIS

    Location:

    305, chemin de la Grande-Côte, Boisbriand, QC, J7G 1B3

  • Idea Created:

    October 3, 2011

    Budget:

    Medium ($50K - 100K)

Overview:

Les cuisines collectives AVIVA Notre organisme communautaire « Les services d’entraide LE RELAIS », œuvre principalement dans le domaine de la sécurité alimentaire. Pour ce faire nous tenons une distribution alimentaire deux fois par semaine et nous faisons des dépannages alimentaires d’urgence aux gens qui en ont besoin. Nous aidons aussi nos bénéficiaires d’un point de vue vestimentaire, scolaire (don de matériel) et dans l’accompagnement personnel. À Boisbriand, nous sommes le seul organisme à apporter de l’aide aux citoyens dans le besoin. Notre clientèle, qui malheureusement, ne cesse de grandir est de700 personnes, dont près de 300 enfants. Notre plus grand désir est de voir ces personnes accéder à l’autonomie alimentaire. N’est-ce pas le minimum auquel chacun a droit? Dans ce but, nous désirons ouvrir des cuisines collectives. Les cuisines collectives permettent aux gens de venir cuisiner en groupe, pour le prix minime de 1$ par repas, des repas santé, évalués par une nutritionniste. Une fois par semaine, les gens se réunissent, et sous la supervision d’une animatrice décident ensemble de ce qu’ils vont préparer. Ils repartent avec 5 repas sains et autant de portions qu’il y a de membres dans leur famille. Le soir, ils n’ont plus qu’à les faire réchauffer et ont, pour la première fois dans bien des cas, l’occasion de manger sainement et sans stress. Nos bénéficiaires nous réclament ces cuisines collectives, car il faut comprendre que pour eux, elles représentent plus que la possibilité de manger à leur faim, des aliments qu’ils ne s’offriraient pas en temps normal. C’est l’estime d’eux-mêmes que leur rend cette nourriture. Celle pour laquelle ils ne font pas la file dans le but de l’obtenir gratuitement, celle pour laquelle on leur demande de choisir et à laquelle ils contribuent. Les cuisines collectives ne nourrissent pas que le corps, elles nourrissent l’âme tout autant. Mais attention, la détresse alimentaire se cache sous bien des formes non répertoriées. Les personnes âgées qui ont de plus en plus de mal à se faire à manger, parce qu’elles ne sortent plus, parce qu’elles ont perdu leur conjoint, parce qu’elles ont un handicap, mais qu’elles sont trop fières pour demander de l’aide. Ces cuisines sont pour elles aussi. Les jeunes qui n’ont, bien souvent, que le travailleur de rue pour interlocuteur, attendent, eux aussi, que nous les aidions. Le bienfait de ces cuisines, dépasse donc de loin le nombre de nos bénéficiaires inscrits. Malheureusement, malgré ces besoins criants, le manque d’argent ne nous permet pas d’offrir ce service. Le projet, même réalisé de façon modeste, requiert des travaux de gros œuvre, des corps de métiers spécialisés et beaucoup d’équipement. N’oublions pas que nous allons cuisiner près de 125 repas par semaine et qu’il n’y aura jamais moins de 8 personnes dans cette cuisine. Ce projet est évalué à 120 000$ (coûts détaillés disponibles). L’organisme, grâce à des dons et à du bénévolat peut fournir un tiers de cette somme, soit 40 000$. Notre demande à la fondation est donc de 80 000$. Des enfants, des parents à bout de souffle, des personnes âgées, des jeunes exclus fondent de grands espoirs sur cette demande. Aidez-les.